Quel est le placement le plus rentable ?


De nombreux Français sont soucieux d’épargner régulièrement. Economiser quelques centimes pourrait les aider à faire face à des périodes difficiles, à mettre de l’argent de côté pour soutenir l’entrée dans la vie active de leurs enfants, ou à constituer un capital pour une retraite complémentaire. Quoi qu’il en soit, l’une des questions les plus importantes aujourd’hui est : comment allez-vous stocker en 2022 ?

Le livret A : un excellent support de la Caisse d’épargne

Le Livret A est l’instrument financier historique de la Caisse d’Épargne, qui est désormais proposé par toutes les banques. L’argent généré ici est consacré au développement du logement social et les taux d’intérêt sont déterminés en fonction des taux interbancaires (prêts interbancaires) et de l’inflation.

Toutefois, le gouvernement peut modifier la formule mécanique de détermination des taux d’intérêt à des fins politiques (par exemple, pour maintenir le pouvoir d’achat). Les mineurs peuvent ouvrir un livret A aussi facilement que les adultes, et il est géré par les parents. Toutefois, il est illégal de conserver plus d’un livret A.

Le Livret A est un placement sûr. L’État a garanti l’argent et fixé un taux de rendement précis. En cas de retrait, les fonds sont généralement transférés en moins de 24 heures.

Le seuil d’adhésion au Livret A est assez bas (généralement 15€), et des versements réguliers de son compte existant sur le Livret A sont possibles. Le capital versé ou la rémunération de l’épargne détenue par le titulaire du livret A n’est pas menacé. Enfin, le versement de la rémunération de ce livret n’entraîne ni impôt ni charges sociales.

Livrets pour économies : un compte exceptionnel et très rentable

Le compte d’épargne s’est considérablement développé ces dernières années, notamment grâce à l’arrivée sur le marché de sociétés « spécialisées » : ING, AXA Banque, B for Bank, etc. Il s’agit d’un support dont la rémunération est fréquemment soumise à une prime d’entrée, souvent d’une durée limitée.

Tout le monde peut ouvrir un compte d’épargne, quel que soit son âge. Ce produit est distribué par les banques et les prestataires spécialisés. Une personne physique peut avoir autant de livrets d’épargne qu’elle le souhaite.

Les produits d’épargne les plus fréquents offrent un taux de rendement plus élevé (généralement environ 2 %) pendant une période déterminée. En outre, les frais sont nettement moins élevés, rarement plus de 1 % avant impôts. Par conséquent, le compte d’épargne est idéalement destiné à des projets à court terme.

Le livret d’épargne est un placement garanti qui rapporte à l’avance, sans risque de défaillance. Il est également liquide, les fonds étant généralement disponibles en moins d’une semaine.

En dehors de la période du taux maximum, les comptes d’épargne ne sont que peu incitatifs : entre 0,5 % et 1 %. Cette exonération s’ajoute à une commission fixe de 12,8 % et à des frais de sécurité sociale de 17,2 %.

A lire aussi : pourquoi opter pour une épargne salariale ?

Le plan d’action d’épargne (PEA) : un compte de titres

Le PEA est un compte-titres sur lequel le titulaire bénéficie d’une fiscalité exceptionnellement avantageuse en échange d’investissements dans un type de support spécifique. Les sommes versées sont investies en actions françaises ou européennes, soit directement, soit par l’intermédiaire de fonds (OPCVM), comme son nom l’indique.

Un PEA est accessible à toute personne âgée d’au moins 18 ans. Un seul PEA par personne, comme le livret A, est autorisé.

Le type d’investissement financier le plus risqué est l’investissement en actions. L’investisseur accepte le risque de l’argent investi en échange d’une rémunération. En revanche, cette aide atteint son maximum au cours de la cinquième année. Pour bénéficier de cette aide, il convient d’utiliser des actifs à long terme d’une durée d’au moins cinq ans.

L’épargnant est fortement incité par le taux d’intérêt nul du PEA. Les bénéfices sont capitalisés sans impôt, et ils ne sont pas imposés tant qu’ils ne sont pas comptabilisés, même en cas de retrait après 5 ans. L’épargnant ne doit pas payer d’impôts sur ses revenus ; seuls les prélèvements sociaux (17,2 %) sont dus s’il retire après 5 ans. Si le retrait intervient entre 2 et 5 ans après l’ouverture du plan, les bénéfices seront imposés à un taux de 22,50 % 17,2 %. Avant 2 ans, le montant de l’impôt est de 22,50 % 17,2 %.

Le PEA étant entièrement investi en actions, il ne peut être utilisé comme investissement principal par l’investisseur. De plus, le montant total des versements sur le PEA ne peut pas dépasser 150 000 euros. Toutefois, on peut constituer jusqu’à 75 000$ dans son PEA-PME en souscrivant à un PEA-PME.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.